8 jui. 2015

NLA 120 - Page imprimée ou page écran ?

par Michel Albaric,

Archiviste de la Province dominicaine de France


Une nouvelle querelle dans la République des Lettres. Elle rappelle la parabole des vieilles outres qui craquent dès qu’on leur verse du vin nouveau. Une autre querelle avait précédé : la plume et/ou le clavier ? Manuscrit ou tapuscrit ? Quel peut être l’apport des anciens ? Une première remarque, aussi banale que l’œuf de Christophe Colomb : l’écran n’est pas confortable pour le travail.

Le piège des mots qui façonnent parfois à notre insu nos idées, nos compréhensions. Qui pense écran, pense cinéma ou télévision, pense écran spectacle, pense écran vertical. Le mot a fait écran, on ne pense pas écran-page, écran livre. Sur la table de travail le livre est posé à plat ou légèrement incliné. Ainsi l’œil va du livre vers la page à écrire avec un minimum de fatigue : réduction de son mouvement, il n’a plus un long trajet pour aller de l’une à l’autre. Sa fatigue musculaire est réduite, il a moins mal aux jambes après des heures de marche-lecture.

Comme pour la mise au point d’un appareil photographique, l’œil règle aussi la profondeur de champ. Plus les pages sont rapprochées, moins il est besoin que l’œil refasse son réglage pour diminuer le flou du texte ou de la page à écrire.

Peut-on modifier l’ergonomie du nouvel outil de travail ? De l’écran vertical vers un écran presque horizontal ou à inclinaison réglable. Les techniciens règleront les problèmes de qualité de l’image qui change selon l’éclairage ou l’orientation.

Les deux outils de travail devraient être modifiés, l’ordinateur portable et celui de bureau. Avec un écran inclinable, l’un et l’autre pourraient être mieux adaptés aux services qui leur sont demandés.

Quand l’ordinateur est joint à l’imprimante, on peut à tout moment tirer un document propre. L’auteur n’hésite plus devant les repentirs d’écriture et les multiples corrections nécessaires. Le temps gagné est considérable.

Le correcteur d’orthographe mis en fonction permanente est une aide pratique qui permet au moins la rectification des fautes de frappe. Bien sûr il commet quelques bévues : en citant le livre de Job, le correcteur me rappelle qu’il est plus correct, en français, d’écrire travail ; en écrivant chemin de croix, il rappelle que les noms de rue s’écrivent avec une majuscule.

Une meilleure ergonomie pour limiter la fatigue, travailler dans le propre pour mieux garder les idées claires, signaler les grosses erreurs, cela permet qu’il y en ait moins. On aura bientôt de la sympathie pour l’écran-page.


 
 

Ajouter un commentaire

bouton radio modere priori

forum info modere

form pet message commentaire
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

This will be shown to users with no Flash or Javascript.